Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2008
www.coordiap.com
 
 
 
shim  
 

CAP Liberté de Conscience - Liberté de religion - Liberté thérapeutique

sectes-tribune-libre CAP LC

Une échelle des valeurs canon

Par Gilles Carat
avril 2011

 

 


La géopolitique ne fait pas bon ménage avec l’humanitaire, nous rappelait l’ex-ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner. Effectivement, au moment où notre presse ne tarissait pas de discours et de beaux sentiments sur l’émergence démocratique de l’autre côté de la Méditerranée, le devoir d’ingérence, la défense des valeurs, etc., se tenait un événement beaucoup moins médiatisé : au beau milieu de ces insurrections se tenait un salon de ventes d’armes à Abou Dhabi, intitulé pudiquement « salon de la défense », car c’est bien connu, les armes ne servent qu’à se défendre.

Lors de ce salon qui couvrait 43 km carrés (!) pour 1000 exposants représentant la Chine, la France (81 exposants), les États-unis, l’Allemagne, la Turquie, la Russie mais aussi d’autres pays plus petits, on proposait des lance-grenades, chars, obus, des « modules de pointage et illumination laser », des pistolets mitrailleur, des véhicules de combat, missiles, canons, etc., l’imagination étant sans borne de ce côté-là.

Les experts anticipent que la demande devrait se déplacer des armes lourdes vers les équipements anti-émeutes, balles en caoutchoucs et autres. Les Émirats Unis proposaient d’ailleurs un « système complet de gestion de crise » de leur invention. Rien qu’en 2010, on estime que les pays du Golfe commanderont pour près de 70 milliards de dollars en armement, soit près de la moitié du marché des armes proprement dit, sachant que certains de ces pays n’ont jamais utilisé ces armes contre des pays extérieurs, mais... contre leur propre peuple. On comprend que ces « salons de la défense » soient discrets.

Définitivement, le marché des armes ne connaît pas la crise, et les dépenses militaires dans le monde représentent 1800 milliards de dollars tout compris (vous avez bien lu) ; précisons qu’on y inclut le maintien des armées et l’entretien du matériel, les systèmes de surveillance, etc. La France elle-même se situe au troisième rang mondial dans ce palmarès des dépenses militaires. Quant aux exportations d’armes, plus de 80% de celles-ci sont assurées par les 6 premiers exportateurs mondiaux : la Russie, les États-unis, la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne et Israël. On reconnaît sans peine les pays qui mènent le bal au niveau diplomatique, amateurs de grandes « résolutions internationales ».

Beaucoup de ces armes suivent des circuits pas très catholiques, avec de vrais faux trafics illégaux dont les autorités « n’étaient pas au courant » (cf. Angolagate). Selon Bill Clinton, les « proxy war » ou intermédiaires discrets de ventes à différents pays peu scrupuleux ou à des destinataires inavouables sont un élément essentiel de la politique étrangère des États Unis. Parfois, c’est l’aide humanitaire qui sert de couverture à la livraison d’armes aux rebelles ou « Etats-voyous ». De même, chaque année, 1 millions d’armes sont « perdues » ou « volées » à des armées régulières ou internationales. Bref, on s’arrange et on survit malgré tous ces embargos et résolutions internationales que l’on a proposés et votés au nom de certaines valeurs, mais qui manifestement entrent en conflit avec « d’autres » valeurs tout à fait inaltérables.

Pendant ce temps, le FMI a royalement accordé à la Côte d’Ivoire un prêt sur trois ans de quelques centaines de millions de dollars, pour redresser le pays, etc. On voit souvent des prêts de quelques dizaines de millions, quelque fois un peu plus, pour le développement, les besoins sociaux et médicaux d’un pays en difficulté. On mesure ainsi clairement l’importance relative des choses.

Pas de doute, au-delà des beaux discours, l’argent est le plus souvent le meilleur étalon de l’échelle des valeurs d’une civilisation.


Partager

Sommaire tribune libre

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction