Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2016
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 25, rue du Mail
91600
Savigny sur orge

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 

Les scientologues sont amenés au niveau présidentiel

Source : World Religion news
octobre 2017

 

Un appel est lancé à Vladimir Poutine pour protéger leurs croyances religieuses

Kommersant est informé qu’un groupe de défense des droits de l’homme, dirigé par Lyudmila Alekseyeva, a lancé un appel au président de la Russie, Vladimir Poutine, afin qu’il réagisse suite à l'arrestation des dirigeants de l'Église de Scientologie à Saint-Pétersbourg. Ceux-ci sont accusés d'activité commerciale illégale et d'organisation d'une communauté extrémiste. Les auteurs de la lettre ont qualifié ces poursuites pénales de violation du droit constitutionnel des citoyens de « choisir et de diffuser les croyances religieuses et d'agir conformément à celles-ci ». Dans une conversation avec Kommersant, Lyudmila Alekseyeva a comparé la situation à la persécution des croyants en URSS. De leur côté, les universitaires spécialistes des religions soulignent que dans certains pays occidentaux, les scientologues « ont des revendications sur un plan financier », mais que la Russie est le seul pays où leurs activités ont été reconnues comme extrémistes.

Le groupe de défense des droits de l'homme a transmis la demande au bureau de Vladimir Poutine. Selon ses auteurs, « à Saint-Pétersbourg, on sape ouvertement la liberté garantie par la Constitution de choisir et de diffuser les croyances religieuses et d'agir conformément à celles-ci ». Il s'agit de l'arrestation de cinq dirigeants de l'Église de Scientologie de Saint-Pétersbourg, qui sont accusés d'activité commerciale illégale et d'extrémisme. « Les actions pour lesquelles ces personnes ont été emprisonnées sont accomplies quotidiennement dans toutes les communautés de scientologues dans plus de 160 pays du monde - et nulle part cette pratique n'est reconnue comme un acte criminel », indique l'appel. « Ces événements peuvent nuire considérablement à la réputation de notre pays, ce qui est particulièrement dangereux pour nous dans la perspective de la prochaine campagne électorale présidentielle en 2018. »

Rappelons que la Scientologie, fondée par l'écrivain Ron Hubbard, est apparue en Russie au début des années 1990. Les disciples ont réussi à enregistrer l'Église de Scientologie de Moscou en tant qu'organisation religieuse, mais cela s'est avéré être un cas isolé. « Dans d'autres régions, ils n'ont pas été autorisés à s’inscrire sous ce statut, et les scientologues ont donc mené leurs activités en tant que fondations ou associations sans but lucratif », explique le directeur du centre d'analyse SOVA, Alexander Verkhovsky. En 2014, la CEDH a reconnu les refus d'enregistrer les communautés russes de scientologues comme une violation de la Convention sur la protection des droits de l'homme. Mais un an plus tard, le tribunal de la ville de Moscou a prononcé la liquidation de l'Église de Scientologie de Moscou suite à une plainte du ministère de la Justice, affirmant que ses statuts n'étaient pas conformes à la loi sur les associations religieuses. De nombreux historiens des religions ont critiqué l'expertise soumise au tribunal, mais la Cour suprême a confirmé cette décision sans modifications.

En avril 2016, le FSB a ouvert un dossier pénal contre les dirigeants de l'Église de Scientologie de Saint-Pétersbourg (non enregistrée comme organisation religieuse). L'enquête a considéré que les scientologues, de 2013 à 2016, avaient des activités commerciales illégales, percevant un revenu de 280 millions de roubles. Plus tard dans l'affaire apparaissent deux articles plus sérieux du Code pénal : l’article 282 (incitation à la haine ou à l'inimitié) et l’article 282.1 (organisation de communauté extrémiste).

L'enquête a abouti à l’arrestation du directeur exécutif de l'Église de Scientologie de Saint-Pétersbourg, Galina Shurinova, du chef du service de sécurité, Anastasia Terentyeva, et de son adjoint, Constancia Yesaulkova, du comptable, Sahib Aliyev, et du chef spiritual, Ivan Matsitsky. Ils sont tous emprisonnés depuis juin, à l'exception de Constancia Yesaulkova, que le tribunal a envoyée en résidence surveillée pour des raisons de santé. L'avocat Yevgeny Tonkov, représentant les intérêts d'Ivan Matsitsky, a déclaré à Kommersant que l'enquête n'a pas encore permis de clarifier la nature des accusations.

« Je ne suis pas une personne très religieuse, mais je comprends que, pour les croyants, leur foi soit aussi importante que mes croyances le sont pour moi », a déclaré Lyudmila Alekseyeva, responsable du Groupe d’Helsinki de Moscou à Kommersant. « Pendant l'ère soviétique, j'ai défendu le droit de croire des gens, mais nous devons encore le faire maintenant ». En même temps, Mme Alekseyeva a exprimé son opinion qu’il existe un lien entre la persécution des scientologues et le fait que « Le Patriarcat de Moscou nettoie l'espace spirituel ».

« L'attitude particulière envers les scientologues repose sur le fait qu'il s'agit d'un mouvement religieux complètement nouveau. Même les Témoins de Jéhovah et les Mormons sont issus du protestantisme, et cet enseignement repose davantage sur la fantaisie » , a déclaré Roman Lunkin, responsable du Centre pour l'étude de la religion et de la société à l'Institut d'Europe de l'Académie des sciences de Russie. Il a rappelé que de 1955 à 1965, aux États-Unis, un certain nombre de procès avaient eu lieu contre les dirigeants des scientologues, accusés d’évasion fiscale et de dissimulation d’états financiers. « Après cela, dans de nombreux pays, les autorités étaient soupçonneuses envers l'Église, en particulier les autorités fiscales », explique l'expert. « Mais, dans les pays où les normes démocratiques sont en place, elle n'est pas interdite, même si elle n’est pas universellement reconnue comme une organisation religieuse. » Selon l'expert, la Russie est le seul pays où l’on veut interdire l'enseignement même et les ouvrages de Hubbard comme extrémistes. « Personne d'autre ne l'a fait, parce que, bien sûr, il n'y a aucun extrémisme dans ces livres. »

Traduction CAP LC CT

Source : http://www.worldreligionnews.com/religion-news/russian-human-rights-activist-asks-putin-reverse-arrest-scientologists

La Coordination des Assocations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience est une ONG avec statut consultatif spécial auprès de l'ONU

 Partager

Sommaire de la revue de presse

PUBLICATION CAP LIBERTE DE CONSCIENCE

La sujétion psychologique » une mine flottante juridique

FECRIS : ONG ou ONG Gouvernementale ?

Liberté de conscience : un état des lieux troublant

Les fonds publics sont-ils utlisés dans l'intérêt général ?


Accès aux documents administratifs

brochure de CAP LC : Les sectes un non-problème

 

Haut de page

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction