Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience
Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience
line
CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction
 
actualites
enquetes
revue de presse
vos droits
Aidez-nous
futur
publications
Point de vue
liens / links
telechargements
contacts
english version
CAP LC 2012
www.coordiap.com

Ecrivez-nous : 37, rue St Léonard 44000 Nantes

contact@coordiap.com
 
 
shim  
 
ACTUALITÉS SUR LE GRILL
 


Sommaire des actualités

avril 2011

La poursuite des hérétiques est-elle une préoccupation du Premier ministre ?

On peut se poser la question en regardant la ligne de conduite de la Miviludes, qui est directement sous la responsabilité du Premier ministre.

Qu'est ce qu'une hérésie ? Selon le Petit Robert, il s'agit d'une " Idée, théorie, pratique qui heurte les opinions considérées comme justes et raisonnables "

L'étymologie nous renvoie au mot grec hairesis " opinion particulière ".

A la lumière de cette définition que nous apporte un dictionnaire faisant référence, penchons-nous sur les critères faisant loi au sein de la Miviludes.

Page 59, dans le Rapport au Premier ministre (année 2008), on lit : " L'action répressive de l'Etat doit être mise en œuvre dès lors que […] : Une ou des personnes qui commencent à s'attacher à des idées différentes des idées habituellement partagées par le consensus social ".

Il est probable que cette " chasse aux hérétiques " ait échappé au Premier ministre.

Cependant il devrait mettre de l'ordre dans son entourage et en chasser ceux qui lui font ombrage en véhiculant des idées et pratiques qui n'ont rien à faire au pays de la déclaration des Droits de l'Homme.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Hommage à Sathya Sai Baba

« Sathya Sai Baba n'est plus avec nous physiquement......

...... Il a quitté son enveloppe charnelle le 24 avril à 7 heures 40 en raison d'une défaillance cardiaque et respiratoire ».

C'est ainsi qu'un responsable du grand hôpital de Puttaparthi a annoncé la mort du plus célébre gourou de ce siècle en Inde.

« Aimer tout le monde, servir tout le monde, aider toujours, ne jamais blesser », tel était le message qu'il délivrait de par le monde à plus de 100 millions de fidèles.

De nombreux fidèles font aujourd'hui connaître son message et apportent nourriture et réconfort aux plus démunis dans de très nombreux pays, dont la France.

Sai Baba a commencé par faire de Puttaparthi, son village natal, une petite ville moderne. Outre l'aéroport, il y a construit un super-hôpital, une université, un musée, un planétarium, deux stades. Sans compter, bien sûr, l'ashram. Puis il a étendu ses projets charitables à d'autres régions. À Bangalore, l'hôpital qui porte son nom est d'un modernisme impressionnant. « Tout le monde peut venir s'y faire soigner gratuitement » , confiait récemment un homme d'affaires à Bangalore. Le gourou indien a aussi financé des projets d'alimentation en eau potable dans 150 villages de l'Andra Pradesh et au Tamil Nadu voisin.

Un message et une activité qui, en France, sont hautement subversifs et valent à ce mouvement d'être dénoncé comme une secte dangereuse par l'Adfi.Pour comprendre, sachez qu'à la question : Que proposent les « sectes » ? L'Adfi des 2 Savoies-Isère répond :

- une vie meilleure
- l'amour
- la réussite économique et sociale
- une nouvelle liberté- de vrais amis
- la guérison
- la solution à tous les problèmes

Si vous pensez que financer l'Unadfi et les Adfi (près de 5 Millions d'euros en 10 ans) est un gaspillage de fonds publics, dénoncez ce financement auprès de vos responsables politiques, des médias et des financeurs.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Vers la disparition de l’Adfi Ardennes ?

Lors de son assemblée générale, le 16 avril, salle Paul Bert, à Saint Dizier, le tour de table des orateurs était celui d’une troupe en pleine débâcle.

« Sectes plus rares dans la région », « appels moins nombreux », « les antennes de l’Adfi vivent au ralenti », « ne pas fermer l’association », « répondre à d’éventuelle demandes ».

Autant de petites phrases que l’Adfi ou la président de l’Unadfi ne pourront introduire dans leurs demandes de budget aux ministères.

L’Unadfi touche depuis 10 ans environs 400 000 euros par ans de subvention publique.

source : l'Union

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Kimbangu, pourquoi une grève de la faim ?

J'ai tout essayé près de mon employeur, de la Halde, des instances gouvernementales et même l'Elysée et l'ONU : courriers, manifestations silencieuses, free hugs (2), plainte ... C'est l'indifférence totale. Toujours animé par mon envie de donner le meilleur, je le suis tout autant par mon envie de changer les choses. Alors il me reste une arme utilisée avant moi par des personnes pacifistes comme Gandhi pour ne citer que lui, l’arme absolue de la non violence : la grève de la faim.

Quel est votre but ?

Je veux connaître la nature de mon interdiction d'accès à la centrale de Cattenom. Si c'est dû à mon appartenance religieuse et philosophique, c'est totalement contraire à l’article 1er de la constitution (3) et aux Droits de l'Homme. Cela est inacceptable. Et si ça l'est pour moi, ça l'est pour toutes les personnes qui font partie de minorités philosophiques ou autres. Nous sommes tous entourés de gens qui pensent différemment, qu'on fasse partie de groupes minoritaires ou majoritaires d'ailleurs.

lire la suite : http://fr.raelianews.org/news.php?item.326.9

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Ultra-orthodoxes contre « les sectes » en Israël

Dans sa lettre d’informations, l’organisation européenne Human Rights Without Frontiers Int'l (http://www.hrwf.net) relate l’existence d’un bien curieux centre en Israël qui part en guerre contre les « sectes », incluant sous ce vocable un large éventail de pratiques non orthodoxes du point de vue juif. Car, renseignements pris, ce « Centre Israëlien pour les victimes des sectes » est financé à 98% par une association, « Office for charity », derrière laquelle on trouve un millionnaire appartenant à la mouvance juive Ultra-orthodoxe, Rami Feller.

Lui-même et le coordinateur des activités du Centre ont milité dans une autre organisation, "Yad Le'achim", qui a eu mauvaise presse en raison des pressions religieuses qu’elle semblait exercer pour que les brebis égarées « se repentent ». Le nouveau centre, aux allures plus « laïques », peut redonner une légitimité à ce combat.

La liste des groupes considérés comme « sectes » par le centre semble avoir en commun de ne pas avoir obtenu un certificat Kasher par la Cour de justice ultra-orthodoxe et inclut même des entités juives. Beaucoup de ces groupes sont considérés comme légitimes par le peuple Israélien.

La journaliste Amir Zemora a été recrutée pour le centre et nommée directrice pendant un temps, mais sans en connaître la source. Quand elle a enfin rencontré Rami Feller par la suite, il lui est apparu évident que le but de ce centre était purement de lutter contre les mouvements non juifs – ou non orthodoxes. Cependant, depuis 2007, le centre a obtenu l’exemption fiscale des dons.

Quant au fondateur, il a eu très jeune une carrière assez fulgurante dans les affaires, et a mené la vie d’un golden boy jusqu’à ce que la justice le rattrape et qu’il fasse faillite. Il connut alors une phase de recherche, notamment dans les groupes d’amélioration personnelle et le Bouddhisme, puis se « repentit ».

L’Office for Charity s’est donné pour but entre autres d’aider financièrement les groupes « anti-sectes ». Pour le professeur Benjamin Beit-Halahmi, chercheur en psychologie des religions au département de psychologue de l’université de Haifa, ces gens savaient que s’ils se présentaient au public comme une organisation ultra-orthodoxe, ils n’auraient pas été pris au sérieux car bigots et fanatiques, d’où l’apparence laïque du centre. Quant à définir ce qu’est un culte, le professeur affirme que, pour lui, il n’y pas de différence entre quelqu’un qui se proclame le Messie, et le Rabbi de Lubavitch qui s’est proclamé messie lui-même. De même, le professeur Ofra Maizels, présidente de la “Convention Israélienne de recherche sur la spiritualité contemporaine” et doyenne de la faculté d’Education à Haifa, voit là une tentative pour dé-légitimiser et créer de la peur face au processus tout à fait naturel de la recherche spirituelle.

Plusieurs organisations internationales qui ont été placées sur la liste des sectes du centre ont l’intention d’attaquer le centre en justice. L’une d’entre elles explique que les ultra-orthodoxes avaient déjà brûlé son centre il y a plusieurs décennies : « ils pensent qu’ils ont le monopole de la spiritualité ».

Le « Centre Israélien pour les victimes des sectes » quant à lui dément être animé par des éléments ultra-orthodoxe et défend sa façade « laïque ». Il présente Rami Feller comme un « businessman » qui fait des donations à de nombreuses causes charitables.

Les résultats des premiers procès pour diffamation devraient tomber très bientôt.

-------------------------------------- actualités sectes 092010--------------------------------------

Partager



Sommaire des actualités

CAPLC - CAP pour la Liberté de Conscience - Liberté de Religion - Liberté de Conviction - liberté thérapeutique